L’Afrique, bientôt le continent le plus propre

C’est un cap dans la recherche sur les énergies renouvelables, l’Afrique serait en passe de devenir le continent le plus propre.

Le climat est une problématique primordiale de la communauté internationale.

La COP21 en est la preuve, un sommet international qui réunit les dirigeants du monde entier, attelés à résoudre les problèmes de la planète. Le président de la conférence l’a annoncé à Paris: l’Initiative pour les énergies renouvelables en Afrique (AREI) vient de mobiliser 10 milliards d’euros pour électrifier le continent. S’il parvient à tenir ses objectifs en 2030, il pourrait devenir le continent le plus propre du monde.

La coalition de nations pour les énergies vertes, soutient grâce aux financements publics les énergies vertes. Cette somme sera prochainement utilisée pour fournir 10 gigawatts de nouvelles productions d’énergie aux pays africains. A terme, l’AREI vise la construction de 300 gigawatts de capacités d’énergies renouvelables d’ici 2030.

environmental-protection-886669_1920

Un défi humain avant tout

Si ces infrastructures sont respectueuses de la planète, elles sont avant tout dédiées à l’électrification du continent. L’Afrique, qui dispose actuellement de 150 gigawatts de capacité totale de production d’électricité compte encore pas moins 600 millions de personnes qui n’ont pas accès à l’électricité.

Si l’Afrique se voyait doter de 300GW d’ici 2030, la totalité de ces investissements feront de lui le continent le plus propre du monde. Tous les moyens sont mis en oeuvre pour participer à la production massive d’énergie solaire et éolien à l’instar de Ouarzazate et Tarfaya, pour atteindre 100% d’électricité pour les peuples d’Afrique.

Un potentiel non négligeable

L’Afrique est dotée d’importantes ressources en énergies renouvelables qui, pleinement exploitées, peuvent transformer l’Afrique en une puissance économique capable de stimuler l’ensemble de l’économie mondiale. Tout comme les technologies mobiles et de l’internet ont changé le monde en apportant la communication dans les zones les plus reculées, de même les énergies renouvelables peuvent transformer les vies et protéger l’environnement en facilitant la fourniture d’une électricité accessible et abordable à des millions d’Africains.

L’économie verte coûte plus cher et donne des résultats plus lents, mais pourquoi pas ? A long terme, les énergies renouvelables réduisent la dépendance des pays à l’égard des importations de pétrole. Autant de dépenses que l’on pourrait consacrer à d’autres priorités.

Sur le continent africain, trois pays ressortent bons élèves de par leurs initiatives écologiques le Maroc, le Gabon et l’Ethiopie, tous s’engagent à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Toutefois, il ne faudrait pas oublier que l’Afrique et son milliard d’habitants ne sont responsables que de 3 à 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre… Qui sait, on aura peut-être d’ici quelques années des véhicules verts à vous proposer ? ^^

Energie éolienne au Maroc

Un vent productif souffle sur le Maroc :l’énergie éolienne est en pleine expansion dans le Royaume.. En parallèle avec l’énergie électrique produite par les panneaux solaires qui s’installent notamment à Ouarzazate et dans un souci de développement des énergies renouvelables, le Maroc intensifie sa stratégie énergétique en s’engageant dans l’éolien.

Le Royaume offre de réels atouts et possède un potentiel considérable en énergie éolienne au vu de la vitesse des vents estimée entre 7.5m/s et 11m/s. Le sud ouest du Maroc et son bord de mer désertique battu par les vents constitue un vaste chantier à exploiter. Ainsi la région de Tarfaya verra le plus grand parc d’Afrique d’une puissance de 300 mégawatts s’installer sur ses terres.

Tarfaya ,source http://economie.jeuneafrique.com/

Depuis la fin 2014, plusieurs éoliennes géantes ont garni le paysage désertique de la région sur une surface de 22 km, afin de subvenir aux besoins de plusieurs centaines de milliers d’habitants. L’objectif étant par ailleurs de produire de l’électricité éolienne sans dégrader la qualité de l’air, sans polluer les eaux ni les sols.

La construction de ce gigantesque parc éolien, combiné au projet solaire déjà en place, a pour but de couvrir, d’ici à 2020, 42% des besoins du Maroc à l’aide des énergies renouvelables. Pour l’heure, 88 des 131 turbines ont été montées et ont produit leurs premiers kilowatts.

Éolienne, source http://economie.jeuneafrique.com/

Cinq groupes internationaux dont les français EDF, GDF-Suez et Alstom ont répondu à l’appel d’offres lancé par le gouvernement Marocain qui vise le développement et le financement du projet éolien comprenant cinq parcs repartis dans le royaume.

A la clé un investissement global de 1,24 milliard d’euros avec l’obligation de créer des filières industrielles dans le royaume.
Par ailleurs après l’Arabie Saoudite qui a intégré le projet solaire, c’est le Qatar qui souhaiterait investir aussi au Maroc pour développer des parcs éoliens. De quoi stimuler l’économie

L’énergie éolienne est une énergie renouvelable propre qui ne nécessite aucun carburant, ne crée pas de gaz à effet de serre et ne produit pas de déchets toxiques. En outre l’économie en terme d’électricité a poussé le gouvernement Marocain à beaucoup miser sur les avantages climatiques de son territoire qui restent inépuisables.

En plus de l’efficacité et de la productivité qui ne sont plus à prouver, beaucoup de personnes apprécieront l’élégance des éoliennes, le mouvement régulier des pales qui s’intègrent bien dans le paysage Marocain, entre  authenticité d’antan et technologie moderne…Que ce soit dans un but industriel ou particulier, tout le monde peut s’équiper d’éoliennes.

Carsalis s’inscrit dans l’initiative et la mise en avant de ces nouvelles technologies et vous accompagne comme à son habitude, à travers tout le Royaume…