La RSE, nouvelle préoccupation des entreprises Marocaines

La RSE, Responsabilité Sociale de l’Entreprise, nouvelle préoccupation des entreprises marocaines,  est un enjeu important  pour les entreprises dans leur engagement aux niveaux social et environnemental. Intéressons-nous à ce concept qui a fait irruption dans la vie économique dans les années 60 et a connu un véritable essor au début du siècle. Au Maroc, il commence petit à petit à trouver une place au soleil ces dernières années. La RSE est une démarche qui consiste à faire intégrer les préoccupations sociales et environnementales dans les activités des entreprises Marocaines.

Alors façade ou engagement sincère pour le développement durable ?

Le label RSE a fait son entrée au Maroc en 2006, la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) a depuis labellisé une soixantaine d’entreprises, même si pour le patronat il ne faut pas uniquement s’attacher aux chiffres.

Le président de la commission RSE l’explique, le but n’est pas de labelliser un grand nombre d’entreprises, mais c’est véritablement de créer une démarche auprès des firmes sans pour autant les inciter à aller vers le label. C’est une prise de conscience écologique que la commission cherche à instaurer.

Des initiatives environnementales voient le jour de plus en plus dans ces entreprises, des cartons introduits en vrac dans des compacteurs de déchets, le résultat: des déchets compressés prêts à être recyclés. Rien ne se perd, même les restes alimentaires sont récupérés et transformés en compost qui servira à entretenir les espaces verts.

http://www.cgem.ma/fr/label-rse
http://www.cgem.ma/fr/label-rse

Des résultats probants

Parmi les grandes initiatives prises par certaines entreprises dans le cadre de la RSE, on trouve la conservation des espaces verts. Leur nombre est très en deçà des besoins des citoyens.

A Rabat par exemple, la forêt de Maamora est parmi les rares endroits où les habitants peuvent respirer de l’air frais, faire des sorties en famille, et est très fréquenté en période de vacances.

http://www.maroc-trip.com/
http://www.maroc-trip.com/

Des enfants, des ballons, des paniers pique-nique, des parents ravis; tout ce décor paisible permet à plusieurs familles de changer d’air.

La grande superficie de cet espace naturel constitue ainsi un havre de paix pour tous les habitants de la région, une véritable richesse pour le pays qui épuise une grande partie de ses besoins en bois.

La forêt de Maamora est un poumon pour les habitants de Rabat, de Kenitra, de Salé, et des environs, c’est un bel endroit avec une grande étendue, on y trouve la plus vaste forêt de chênes.

On passe petit à petit au vert au Maroc, le respect de l’environnement devient essentiel dans l’esprit des Marocains. Dans cette même optique, Carsalis vous propose des véhicules propres et entretenus.

A bientôt sur notre site…

Propreté et environnement au Maroc


 

Al ardh ma chi zbal. La terre n’est pas une poubelle.

C’est ce que je m’évertue à expliquer aux gamins du quartier lorsque je les vois jeter par terre leur emballage de Bimo (biscuit), de chips ou de Raïbi (yaourt à boire aromatisé) achetés chez l’épicier du coin. En même temps, c’est aussi un peu de sa faute à l’épicier. Il pourrait mettre des poubelles devant son commerce. Je lui ai déjà dit en plus, mais il ne veut rien savoir. Trop cher peut-être, ou pas assez rentable. De toute manière, poubelle ou pas, les emballages finiraient quoiqu’il arrive dans la nature, faut bien le reconnaître.

Je ne sais pas vous, mais je trouve cette attitude assez déconcertante, non pas que je sois un farouche écolo mais il y a quand même un minimum. Vous me direz, ce ne sont que des gamins après tout. Soit! Mais le souci c’est qu’il n’y a pas que les gamins qui jettent. Les adultes aussi. Et ça, c’est encore plus énervant. Ils n’ont pas l’excuse de l’insouciance, eux. Combien de mouchoirs en papier, de paquets de cigarettes vides et autres boîtes de sodas je n’ai vu voler par les fenêtres des voitures en marche? C’est normal que les gamins en fassent autant, leur parents ne leur donnent pas forcément le bon exemple non plus.

Alors pour remédier à ça et éviter les réflexions du genre « de quoi tu te mêles? » et « de toutes façons, quelqu’un va ramasser », ce qui n’est pas forcément très agréable à entendre, les autorités devraient sensibiliser la population à prendre un peu plus soin de son environnement. A travers des campagnes massives d’informations dans les médias, par exemple, comme ils le font pour la sécurité routière. Les imams également, durant leurs prêches, devraient insister sur le fait que cette Terre, qu’Allâh nous a confiée afin de nous permettre d’y vivre et de profiter de Ses bienfaits, ne nous appartient pas, à nous simples humains, mais qu’elle Lui appartient à Lui. C’est donc un devoir et une nécessité de prendre soin de ce qu’Il nous a confié en dépôt car, tôt ou tard, il faudra Lui restituer dans le même état.

Allâh ne dit-il pas dans le Coran: 14.34 « Il vous a accordé de tout ce que vous Lui avez demandé. Et si vous comptiez les bienfaits d’Allah, vous ne sauriez les dénombrer. L’homme est vraiment très injuste, très ingrat. »

Et dans ce hadith (récit prophétique) rapporté par Muslim et Al Nasa’i, le Prophète Mohammad (paix et bénédiction sur lui) dit : « Dans cette vie belle et douce, Dieu a fait de vous ses lieutenants » ou encore: « La foi comporte soixante, ou soixante-dix et quelques branches, la plus élevée et la meilleure consiste à déclarer qu’il n’y a d’autre divinité que Dieu, et la moins élevée est d’ôter un obstacle (une souillure) de la route. La pudeur est aussi une branche de la foi. » (Rapporté par Al Boukhari et Mouslim).

L’homme n’est donc pas propriétaire de cette Terre, mais un simple locataire. A lui, par conséquent, de veiller au bon développement et à la protection de son environnement contre tout ce qui peut lui nuire ou le détruire.