L’Afrique, bientôt le continent le plus propre

C’est un cap dans la recherche sur les énergies renouvelables, l’Afrique serait en passe de devenir le continent le plus propre.

Le climat est une problématique primordiale de la communauté internationale.

La COP21 en est la preuve, un sommet international qui réunit les dirigeants du monde entier, attelés à résoudre les problèmes de la planète. Le président de la conférence l’a annoncé à Paris: l’Initiative pour les énergies renouvelables en Afrique (AREI) vient de mobiliser 10 milliards d’euros pour électrifier le continent. S’il parvient à tenir ses objectifs en 2030, il pourrait devenir le continent le plus propre du monde.

La coalition de nations pour les énergies vertes, soutient grâce aux financements publics les énergies vertes. Cette somme sera prochainement utilisée pour fournir 10 gigawatts de nouvelles productions d’énergie aux pays africains. A terme, l’AREI vise la construction de 300 gigawatts de capacités d’énergies renouvelables d’ici 2030.

environmental-protection-886669_1920

Un défi humain avant tout

Si ces infrastructures sont respectueuses de la planète, elles sont avant tout dédiées à l’électrification du continent. L’Afrique, qui dispose actuellement de 150 gigawatts de capacité totale de production d’électricité compte encore pas moins 600 millions de personnes qui n’ont pas accès à l’électricité.

Si l’Afrique se voyait doter de 300GW d’ici 2030, la totalité de ces investissements feront de lui le continent le plus propre du monde. Tous les moyens sont mis en oeuvre pour participer à la production massive d’énergie solaire et éolien à l’instar de Ouarzazate et Tarfaya, pour atteindre 100% d’électricité pour les peuples d’Afrique.

Un potentiel non négligeable

L’Afrique est dotée d’importantes ressources en énergies renouvelables qui, pleinement exploitées, peuvent transformer l’Afrique en une puissance économique capable de stimuler l’ensemble de l’économie mondiale. Tout comme les technologies mobiles et de l’internet ont changé le monde en apportant la communication dans les zones les plus reculées, de même les énergies renouvelables peuvent transformer les vies et protéger l’environnement en facilitant la fourniture d’une électricité accessible et abordable à des millions d’Africains.

L’économie verte coûte plus cher et donne des résultats plus lents, mais pourquoi pas ? A long terme, les énergies renouvelables réduisent la dépendance des pays à l’égard des importations de pétrole. Autant de dépenses que l’on pourrait consacrer à d’autres priorités.

Sur le continent africain, trois pays ressortent bons élèves de par leurs initiatives écologiques le Maroc, le Gabon et l’Ethiopie, tous s’engagent à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Toutefois, il ne faudrait pas oublier que l’Afrique et son milliard d’habitants ne sont responsables que de 3 à 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre… Qui sait, on aura peut-être d’ici quelques années des véhicules verts à vous proposer ? ^^

Ouarzazate, capitale solaire Marocaine

Ouarzazate, capitale solaire marocaine? Le Maroc est il en passe de devenir Le Royaume solaire africain par excellence?  Avec le lancement du projet par la Masen (l’Agence marocaine de l’énergie solaire), le ton est donné. En effet, cette dernière envisage la construction de centrales solaires aux portes du désert à Ouarzazate.

L’ambitieux projet prendra forme en 4 phases baptisées Noor (traduit par « lumière » en arabe), la phase 1 ayant déjà débuté, elle entrera en service en octobre 2015 et permettra de produire 500 mégawatts, soit l’équivalent de la demande d’une ville de 250.000 habitants.

C’est plus de 2000 mégawatts qui seront produits grâce à cette énergie solaire d’ici 2020 seulement sur le site de Ouarzazate.


La position géographique et le climat du Royaume donnent un sérieux avantage à exploiter. Le soleil étant présent prés de 300 jours dans la région, les responsables du projet ne pouvaient que choisir la ville de Ouarzazate pour la qualité de son ensoleillement.
À long terme, le Maroc vise à accroître la production d’électricité à partir de l’énergie solaire et à atténuer les émissions de dioxyde de carbone et leur impact sur l’environnement local.
Indispensable à la vie sur Terre, le soleil rend de nombreux services : chauffer les habitations, cuisiner, s’éclairer ou encore alimenter en énergie les lieux les plus reculés.

La pose de panneaux photovoltaïques permettra notamment de produire de l’électricité nécessaire au fonctionnement de plus en de plus d’appareils de nos jours. C’est ce qu’a compris le gouvernement Marocain en tirant profit de cette ressource naturelle inépuisable bien ancrée dans le quotidien des habitants.


Les phases 2 et 3 ont donc obtenu les financements nécessaires pour débuter à leurs tours. C’est une grande économie qui sera opérée à la fois pour le gouvernement qui pourra réduire ses importations d’électricité mais aussi pour les habitants pour qui on espère une diminution du coût des factures.

Les 2000 mégawatts prévus par le plan solaire marocain devraient pouvoir couvrir 14% des besoins énergétiques du Royaume.
Le coût final des différentes phases s’élève à près de 13 milliards d’euros, alloués par différents investisseurs à la fois nationaux, Européens et Africains.
Le Plan solaire marocain représente à ce jour le plus ambitieux du sud de la Méditerrannée.

Mis à part Ouarzazate, quatre autres villes vont intégrer le Plan, Aïn Beni Mathar, près de Fès, Boujdour au nord Ouest, Laâyoune et Tarfaya au Sahara Occidental, de quoi produire en tout plus de 4500 Mégawatts.Un projet qui prouve encore une fois la chaleur du territoire Marocain que ce soit ses habitants ou son climat! Il ne vous manque plus qu’à réserver votre  véhicule chez Carsalis pour une visite du Royaume des plus chaleureuses…