Ouarzazate, capitale solaire Marocaine

Ouarzazate, capitale solaire marocaine? Le Maroc est il en passe de devenir Le Royaume solaire africain par excellence?  Avec le lancement du projet par la Masen (l’Agence marocaine de l’énergie solaire), le ton est donné. En effet, cette dernière envisage la construction de centrales solaires aux portes du désert à Ouarzazate.

L’ambitieux projet prendra forme en 4 phases baptisées Noor (traduit par « lumière » en arabe), la phase 1 ayant déjà débuté, elle entrera en service en octobre 2015 et permettra de produire 500 mégawatts, soit l’équivalent de la demande d’une ville de 250.000 habitants.

C’est plus de 2000 mégawatts qui seront produits grâce à cette énergie solaire d’ici 2020 seulement sur le site de Ouarzazate.


La position géographique et le climat du Royaume donnent un sérieux avantage à exploiter. Le soleil étant présent prés de 300 jours dans la région, les responsables du projet ne pouvaient que choisir la ville de Ouarzazate pour la qualité de son ensoleillement.
À long terme, le Maroc vise à accroître la production d’électricité à partir de l’énergie solaire et à atténuer les émissions de dioxyde de carbone et leur impact sur l’environnement local.
Indispensable à la vie sur Terre, le soleil rend de nombreux services : chauffer les habitations, cuisiner, s’éclairer ou encore alimenter en énergie les lieux les plus reculés.

La pose de panneaux photovoltaïques permettra notamment de produire de l’électricité nécessaire au fonctionnement de plus en de plus d’appareils de nos jours. C’est ce qu’a compris le gouvernement Marocain en tirant profit de cette ressource naturelle inépuisable bien ancrée dans le quotidien des habitants.


Les phases 2 et 3 ont donc obtenu les financements nécessaires pour débuter à leurs tours. C’est une grande économie qui sera opérée à la fois pour le gouvernement qui pourra réduire ses importations d’électricité mais aussi pour les habitants pour qui on espère une diminution du coût des factures.

Les 2000 mégawatts prévus par le plan solaire marocain devraient pouvoir couvrir 14% des besoins énergétiques du Royaume.
Le coût final des différentes phases s’élève à près de 13 milliards d’euros, alloués par différents investisseurs à la fois nationaux, Européens et Africains.
Le Plan solaire marocain représente à ce jour le plus ambitieux du sud de la Méditerrannée.

Mis à part Ouarzazate, quatre autres villes vont intégrer le Plan, Aïn Beni Mathar, près de Fès, Boujdour au nord Ouest, Laâyoune et Tarfaya au Sahara Occidental, de quoi produire en tout plus de 4500 Mégawatts.Un projet qui prouve encore une fois la chaleur du territoire Marocain que ce soit ses habitants ou son climat! Il ne vous manque plus qu’à réserver votre  véhicule chez Carsalis pour une visite du Royaume des plus chaleureuses…

Effondrements à Casablanca

On vous parlait des dégâts des pluies diluviennes dans le Sud marocain il y a quelques jours, aujourd’hui avec les effondrements à Casablanca, ce sont les habitants de la capitale économique du Royaume qui souffrent.En effet, les villes de Guelmin, Ouarzazate peinent encore à se relever de cette catastrophe naturelle, et c’est au tour des Casaouis de connaître les affres des intempéries.

 

Effondrements à Casablanca Source: http://www.le360.ma/fr/

Beaucoup redoutaient l’effondrement de maisons, bâtiments vétustes; certains ont accepté de quitter leur logis, alors que d’autres s’y opposaient. Et ce que l’on redoutait arriva: les pluies de ce week-end ont causé non seulement des dégâts matériels mais humains. Dans le quartier  Arsat Benslama situé près de la mosquée Hassan II, ce sont trois immeubles qui se sont effondrés; un gros coup dur pour ce quartier lorsque l’on sait que celui-ci a connu des incidents similaires avec l’effondrement de quatre maisons au début du mois.

Cette fois-ci le bilan est lourd; on note plusieurs victimes dont certaines sont encore piégées dans les décombres. Alors que quatre rescapés ont été extraits des ruines, d’autres attendant d’être secourus au plus vite. Nos pensées vont vers ces victimes, ainsi que toutes les victimes du Royaume

 

L’agriculture au Maroc

 

L’agriculture au Maroc est une manne importante pour l’économie du Royaume.
En effet, ce secteur fait vivre 40% de la population du pays et représente à lui seul 15% du PIB.

Les principales productions agricoles du pays sont les céréales (l’orge le blé et le maïs) pour lesquelles les conditions de production dépendent beaucoup du climat du Royaume. C’est pourquoi ces pluies diluviennes qui ont touché le pays ces derniers jours représentent des pertes colossales de récoltes.

On compte aussi les agrumes, les oranges et les clémentines en particulier sont produites dans la région du Souss, une terre propice à la culture de ces fruits.
La tomate ressort aussi des champs fertiles du pays, 95% de sa production est destinée à l’exportation nationale.

C’est dans ce cadre que s’inscrit le PMV (Plan Maroc Vert) institué par le ministère de l’agriculture et de la pêche qui vise à attirer de nouveaux investisseurs et locaux et internationaux sur les produits du Maroc.

Le pays mise beaucoup sur ce domaine qui exporte autant qu’il ne produit pour ses propres habitants et propose diverses formations en recherche et innovation. Les petits agriculteurs se voient transformés en entrepreneurs agricoles en modernisant les techniques de production pour une rentabilité et une commercialisation outre méditerrannée maximales.

Le Maroc trouve la diversité de son agriculture dans sa position géographique qui lui offre une variété de conditions climatiques favorables à la production des différents produits. Que ce soient les dattes produites dans les oasis du Sud, les pommes dans les montagnes ou encore les cerises et les agrumes sur les plaines, le territoire Marocain offre de nombreuses opportunités à ce niveau.


Même si les condtions sont réunies pour produire une grande variété de fruits, le Maroc est souvent confronté à une demande de la population supérieure aux récoltes c’est le cas des pommes et des poires, il ne peut ainsi se passer d’importations.

La production marocaine de fruits est en constante recherche de la meilleure qualité, obéissant aux normes internationales afin de satisfaire les exigences changeantes du consommateur.

L’olivier, quant à lui, symbole de la longévité, occupe 60% des superficies et procure une huile de consommation dont tous les pays du monde raffole.

Que vous soyez fruits d’hiver ou d’été, Carsalis vous réserve votre véhicule et vous fait traverser le royaume pour déguster les délices du Maroc.
A bientôt sur notre site…

Inondations dans le sud du Maroc

Ces derniers jours, les inondations dans le sud du Maroc  ont dévasté cette partie  aride  du pays ». Il est tombé l’équivalent d’un an de pluie en seulement 48 h, et les dégâts sont considérables. Les villes les plus touchées sont Guelmim, Marrakech, Ouarzazate et les villages environnants. En ce qui concerne Guelmim, elle a été déclarée zone sinistrée tant les dégâts matériels et humains sont importants. On déplore en effet, plusieurs morts notamment chez les femmes et les enfants.

Dans la région de Ouarzazate, où la population locale a travaillé durement pour préparer les nouvelles récoltes, l’on a assisté à une dévastation totale de ce dur labeur. Ce sont non seulement les réserves destinées au bétail, mais également les habitations, les effets personnels des habitants qui ont disparu dans cette catastrophe.

Inondations dans le sud du Maroc

La région d’Agadir n’est pas en reste mais les dégâts sont moins importants dans le sens où ceux-ci sont d’ordre matériel. Aucune victime n’est à déplorer jusqu’à ce jour. On note l’effondrement de plusieurs ponts dans la région, des débordements d’Oued. Le pont reliant la ville d’Aourir et de Tamraght a été en partie détruit.

Le soleil est de nouveau parmi nous, il ne reste plus qu’à reconstruire. Nos pensées vont vers toutes ces familles victimes de cette catastrophe…