Champion du monde

Et même si les avis différent quant à la provenance du couscous, et même si l’on se dispute son origine, parler du Maroc sans évoquer le couscous, c’est comme parler d’Italie sans parler de pizza.

Ainsi, Carsalis vous propose une petite évasion culinaire, en vous parlant de ce qui a fait du Maroc, un champion dans sa catégorie.

Plat incontournable de tout marocain qui se respecte, vous le trouverez, chaque vendredi, dans les 4 coins du royaume. Il est souvent une occasion de se trouver en famille ou entre amis.

Celui-ci se décline en plusieurs façons : aux légumes, à la viande de bœuf, de poulet, au poisson, aux raisins secs, aux pruneaux.

Voici quelques grands classiques :

  •  The grand classique : celui aux 7 légumes : carottes, navets, potiron, courgettes, chou, fèves, pommes de terre, piments.
  •  Le couscous Tfaya aux œufs durs : un mélange de sucré/ salé : essentiellement composé d’oignons caramélisés, de raisins secs, d’amandes , mariés à la viande, le tout relevé de gingembre, de curcuma et de cannelle.
  •  Le couscous  Medfoun : à base de poulet, de raisins secs, de pruneaux garnis de pâte d’amande. Medfoun signifie « enterré », ici il s’agit de cacher la viande dans la semoule.

Il y a également le couscous aux fruits de mer, à la queue de bœuf, à la tête de mouton, etc…                                                                                                                                                                                               Ce n’est qu’un succin panorama, il existe bien sûr beaucoup d’autres variantes, aussi bonnes les unes que les autres.

Selon une étude menée dernièrmement par Rafaan Anvari, le Maroc serait champion du monde de couscous. Pas étonnant nous diriez vous…

En attendant, que vous alliez sur Tanger ou Agadir, garez votre berline, et faites régalez vos papilles…

Maroc : futur candidat pour un grand prix de Formule 1 ?


Vroummmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm

Si l’on en croit l’article paru ce 13 novembre sur le site auto123.com, il se murmure que le Maroc apparaît comme étant le candidat favori pour un grand prix de Formule 1 sur le continent africain.

Celui-ci devrait bientôt nous surprendre en organisant un événement de cette envergure, propulsant ainsi le « continent oublié » sur la scène internationale de l’automobile. Ce ne sera pourtant pas une première pour le royaume chérifien. En effet, un grand prix avait déjà été organisé en 1958 à Casablanca.

Grand rendez-vous des amoureux de la vitesse, des sensations fortes, la formule 1 est surtout un événement qui rapporte gros.On parle d’un contrat de 600 millions de dollars. Alors info ou intox ? Seul l’avenir nous le dira.

En attendant, d’assouvir votre soif  d’adrénaline, férus d’automobiles, vous pouvez toujours vous balader tranquillement à bord de nos véhicules